Un nouveau Camping pour les startup à Toulouse

Un nouveau Camping pour les startup à Toulouse

25 Juin 2012

Le Sud-Ouest va accueillir une déclinaison du concept parisien, avec l’objectif d’accompagner 20 startup par an dans leur développement. Un projet porté par des entrepreneurs locaux qui souhaitent ainsi transmettre leur connaissance et développer l’innovation dans la région.

A l’automne 2012 ouvrira une version toulousaine du Camping. Pas la saison pour planter sa tente ? Si, car dans ce cas il s’agit de startup, qui prendront place dans les nouveaux locaux de la TIC Valley à Labège (photo). Cette structure est une association qui regroupe une quinzaine d’entreprises innovantes implantées dans le Sud-Ouest, comme Scoop it ou Wiseed. L’objectif de ce nouvel outil sera de favoriser la transmission des compétences et du savoir-faire à des créateurs d’entreprises, agissant dans le domaine des technologies de l’information communication (TIC).

Il s’agit ni plus ni moins que de la déclinaison d’un concept qui existe déjà sur Paris depuis quelques mois, et porté par l’association Silicon Sentier. Ce sont « 6 à 10 projets » qui seront retenus et qui bénéficieront d’une « aide au démarrage » comme l’explique Ludovic Le Moan, président de TIC Valley. Pendant 6 mois ces entreprises auront droit à « un mentoring permanent » des membres de l’association, un coaching de personnes extérieurs, mais aussi une rencontre avec des investisseurs. Elles pourront aussi profiter des installations de TIC Valley, dont « un labo bien fourni en matériel ».

Des échanges avec Paris et la Cantine de Toulouse

Cette idée est née lorsque Ludovic Le Moan est intervenu au Camping de Paris. Ce dernier agissant en Midi-Pyrénées, il a « naturellement été envisagé de déployer le modèle en région », comme l’explique Alice Zagury, responsable du projet de la capitale. Le président de TIC Valley confirme un « constat d’une même vision que Silicon Sentier ». L’avantage pour son homologue parisienne est de pouvoir décliner « une marque, un savoir-faire et une méthodologie » de la même manière que pour les Cantines numériques en France.

Celle de Toulouse justement voit aussi d’un bon œil cette nouvelle structure qui sera « complémentaire » de ses propres actions. Comme le précise Édouard Forzy, directeur général de la Mélée, l’association qui gère ce lieu, « nous sommes tournés vers les utilisateurs » du numérique là où TIC Valley répond à des besoins plus spécifiques. Un constat que confirme Ludovic Le Moan, pour qui son association a un volet plutôt porté sur « la production » ce qui n’empêche pas « les synergies sur certains projets ».

Si pour l’heure il n’y a « pas d’autres projets de ce type » en France, d’après Alice Zagury, il pourrait être tentant de « fédérer un maillage national » pour M. Le Moan. Les deux structures vont pour l’instant se charger de « mutualiser les compétences » comme la plateforme d’appel à projet. Reste que ces projets, principalement financées par des sponsors (pour 1/3 par le public pour Toulouse), pourraient faire des émules. Les startup ont en effet besoin d’un accompagnement spécifique, notamment pour des recherches de financement.

Plus :
Présentation du projet sur itespresso
Présentation de TIC Valley par la Dépêche

Billets similaires :