Le mobile, nouvelle carte bancaire ?

Le mobile, nouvelle carte bancaire ?

25 Jan 2013

Avec le développement de la technologie, le mobile pourrait bien devenir le nouveau moyen de paiement principal. Il reste cependant à définir ses avantages sur les solutions classiques. C’est ce qu’a tenté de faire le 12ème Mobile Monday, organisé par Rennes Atalante et la Cantine numérique rennaise.

Le téléphone sera-t-il notre future carte bleue ? Le paiement via cet appareil devient en tout cas possible avec l’apparition de nouvelles solutions techniques. On pense naturellement au paiement sans contact (NFC), mais aussi au paiement mobile en proximité (p-commerce) et au transfert client/commerçant, notamment grâce à des applications. Le mobile ne se limite donc pas au m-commerce, la déclinaison sur portable du commerce en ligne. Cependant, à la différence de ce dernier, les diverses solutions techniques n’ont pas fait la preuve de leur usage par le public.

Des services complémentaires

Car si l’enjeu pour les entreprises est bien de prendre en compte les nouveaux usages du numérique, les offres « ne sont pas forcément identifiées » pour Gaël Tournesac, responsable du pôle usage des TIC à la CCI de Rennes. En effet, la seule approche du paiement par un autre moyen « ne suffit pas », comme en témoigne l’échec du système Monéo. Il est donc nécessaire « d’amener d’autres services », comme des promotions en magasin. C’est ce qu’a mis en place Nicolas Duforeau dans le centre commercial Grand Quartier de Rennes, dont il est directeur. Sur les 90 magasins, 40 commerçants ont ainsi testé une solution de paiement mobile.

A ce jour, les chiffres d’utilisation restent faibles. Le service compte en effet 1500 inscrits, pour seulement 500 usagers réguliers, c’est à dire au moins deux fois par semaine. Des statistiques faibles en comparaison des 100 000 personnes qui passent par le centre commercial de façon hebdomadaire. Pourtant, la mise en place de ce moyen de paiement a permis d’instituer « une logique de fidélisation » mutualisée. Les commerçants « s’échangent des offres pour faire venir chez les uns, chez les autres », dans une logique d’association de l’approche marketing. Un principe qu’il a été possible de mettre en place car « la fédération est une notion importante à Grand Quartier » d’après son directeur.

Un levier pour le commerce de proximité

L’objectif, pour Gaël Tournesac, est en effet de développer « des services qui ramènent le client en magasin ». Une manière de lutter contre l’autre versant de la vente via la technologie : le e-commerce. Ces outils de paiement mobile amènent donc un processus de fidélisation et d’animation, qui permet « une nouvelle expérience en magasin ». Côté consommateur, l’avantage est de pouvoir bénéficier de coupons, de réductions qui vont inciter à revenir. Il est cependant nécessaire de travailler à une meilleure lisibilité de l’offre, car il existe à ce jour beaucoup de solutions techniques pour les commerçants. Restent à définir les modalités de rétribution du service, aujourd’hui sous forme de commission comme pour les cartes bleues.

A ce jour, il est possible de s’appuyer sur des expériences de ce type réalisées à l’étranger, pour imaginer le futur de ce service. Le Japon a derrière lui 10 ans d’usage, avec désormais une visibilité claire de l’avantage de ce produit. Globalement, l’objectif sera de répondre à des besoins qui ne sont pas couverts par les offres classiques, grâce à des partenariats avec les boutiques. Pour Nicolas Duforeau, l’intérêt du paiement mobile est tout trouvé car il « participe au développement de la proximité client ». Un argument qui lui fait prendre le pari suivant : « le paiement sur smartphone, c’est l’avenir ! ».

Crédit photo : © fabioberti.it – Fotolia.com

Plus :
La guerre du paiement par téléphone mobile, sur leMonde.fr
La révolution du mobile avec le NFC

Billets similaires :