S-money, l’échange d’argent simple comme un coup de fil

S-money, l’échange d’argent simple comme un coup de fil

24 Jan 2013

Publi-rédactionnel – Le groupe BPCE lance une application mobile pour payer ses achats ou effectuer des remboursements entre particulier. Cet axe qualifié de prioritaire par le groupe bancaire, montre l’importance de ce nouveau marché de dématérialisation de la monnaie.

Payer avec son téléphone portable ? Ce n’est plus de la science-fiction ! Le groupe BPCE lance en effet son service S-money, qui permet de régler ses achats ou d’échanger de l’argent entre particuliers, directement à partir de son mobile. Ouvert à tous les détenteurs de téléphone mobile, quelle que soit leur banque, cette solution de paiement vise à « accompagner les nouveaux modes de vie et de consommation » d’après Olivier Tilloy, Directeur Opérationnel de S-money. Par ailleurs, elle se différencie de ses concurrents par un agrément auprès de la Banque de France afin de garantir la sécurité des transactions.

4 villes en test

Concrètement, pour utiliser ce service, il suffit de télécharger l’application S-money sur Apple Store ou Google Play, ou de s’inscrire sur le site www.s-money.fr. Après inscription, les utilisateurs ont la possibilité de s’échanger de l’argent, en rentrant simplement le numéro de téléphone du destinataire. Ce dernier aura alors sept jours pour s’inscrire à son tour, afin de recevoir la transaction. Dans le cas contraire, l’argent est reversé à son expéditeur. Le service permet également de faire une demande de remboursement à plusieurs personnes simultanément, dans le cadre d’un cadeau commun par exemple. Cet outil évite ainsi les chèques ou l’échange de monnaie, s’affranchissant également des barrières géographiques.

arton7

S-money est aussi conçu pour être utilisé dans les commerces. Pour ce faire, il suffit de géolocaliser le magasin ou que le vendeur envoie une demande à partir de son application professionnelle. Plusieurs centaines de boutiques sont déjà équipées dans 4 villes : Rennes, Nantes, Bordeaux et Toulouse. Le déploiement va se poursuivre dans les prochains mois, après cette première phase de test. Le but est « d’analyser sur le terrain les différents parcours d’utilisation du service » afin de trouver « les axes d’optimisation ». L’entreprise est d’ailleurs en demande de retour de la part des utilisateurs, pour améliorer le service (voir le formulaire).

Le mobile, nouveau support du paiement

A travers ce projet, le groupe BPCE se place sur le créneau de la dématérialisation de la monnaie. Ce service apparaît en effet comme un bon complément de la carte bleue, qui nécessite souvent un minimum d’achat. Le rechargement du compte S-money pouvant se faire à tout moment, il résout les problèmes de recherche de distributeur. L’entreprise a également fait le choix de s’appuyer sur le parc mobile, le taux d’équipement des Français en smartphone étant de 41%, d’après Deloitte. L’application est également utilisable par les autres détenteurs de téléphone via un ordinateur.

Ce service a enfin l’avantage d’être « pensé pour le mobile », en évitant à ce stade l’usage de technologies comme le NFC, dont la diffusion est encore très limitée. En revanche, S-money permet d’accéder à des services à valeur ajoutée comme « la possibilité de recevoir des offres personnalisées ou d’accéder aux informations sur les commerçants à proximité », comme l’explique M. Tilloy. De quoi séduire de nombreux utilisateurs, avant la généralisation du service dans le courant de l’année 2013. Le futur du paiement passe lui assurément par mobile, un marché sur lequel le groupe BPCE se positionne de manière forte afin d’en devenir le leader.

Plus :
Le site de S-money, son compte Twitter et sa page Facebook
Etude Deloitte sur les Français et leur équipement mobile

Billets similaires :