Le Mobile Monday montre la voie des applications mobiles

Le Mobile Monday montre la voie des applications mobiles

1 Mar 2013

Le rendez-vous de Rennes Atalante et de la Cantine numérique s’attaque au modèle économique des applications. Si la réussite dans ce système semble accessible, reste à voir si cela suffit pour en vivre.

Peut-on vraiment gagner sa vie avec des applications mobiles ? La question est posée par le prochain Mobile Monday, qui se déroulera lundi 11 mars à la Cantine numérique. Ce rendez-vous regroupe les communautés du mobile de différentes villes dans le monde. A Rennes, depuis 2 ans, ces conférences donnent la parole à des entrepreneurs, des chercheurs, des techniciens afin de déterminer « quels sont les métiers du mobile ? », comme l’explique Simon Chignard, co-organisateur de l’événement. Pour la session de mars 2013, l’objectif est de présenter le modèle d’éditeur d’application pour soi et non en tant que prestataire.

Car même si les plateformes Google play ou Apple Store sont accessibles à tous, il est aujourd’hui difficile de percer, de vivre grâce à une application. C’est pourquoi le Mobile Monday souhaite « montrer, illustrer des voies par lesquelles certains auraient réussi à développer ce modèle d’éditeur ». Pas question pour autant de verser dans un optimisme béat, puisque « les difficultés » ne seront pas absente de la présentation, avec des parcours d’entrepreneurs différents. Une organisation pas forcément simple, ceux qui ont réussi ne voulant pas expliquer comment, quand ceux qui ont moins de succès ne veulent pas forcément se présenter, même si « le sujet intéresse tout le monde » !

5 intervenants, 5 parcours

En préambule de la conférence, Simon Chignard donne quelques éléments de réponse à la question posée, à savoir « qu’il n’y a pas un modèle ». Quel que soit le secteur « le jeu » ou « l’appli professionnelle », il y a « des modèles qui montrent que c’est possible ». Le consultant en Open data fait d’ailleurs une comparaison avec le web, où on retrouve également « une diversité de modèles économiques ». C’est ce que tenteront d’illustrer les différents intervenants : Guillaume Campion (AMA), Cécile Martin (Greencopper), Dominique Busso (Happy Blue Fish), Julien Cotteaux (SeeMeCab) et Anne Graignic (ex-Mobiliville).

Si actuellement, le marché du mobile a un potentiel certain, compte tenu du taux d’équipement et de l’évolution des usages, les pistes pour réussir sont toujours à réinventer. Comme la plupart des marchés, il « connaît des modes » à l’image du « freemium », qui apparaît comme une solution face aux réticences des utilisateurs à payer des applis. Reste que les volumes de téléchargement sont tout de même conséquents et que les exemples de réussite existent. La question du Mobile Monday ne sera donc peut-être pas celle de la possibilité de gagner sa vie avec des applications mobiles, mais plutôt sur la façon de procéder ou d’inventer le moyen de le faire.

Plus :
Inscription au Mobile Monday du 11 mars 2013

Billets similaires :