Services mobiles : les monétisations se multiplient

Services mobiles : les monétisations se multiplient

1 Mar 2013

L’évolution du marketing mobile se retrouve dans de nombreuses prédictions de ce début d’année 2013. Avec ce phénomène, apparaît une augmentation des leviers de recette sur mobile, à condition savoir s’adapter à cet outil.

Avec 720 millions de smartphones vendus dans le monde en 2012, d’après l’institut GFK, le mobile est devenu un marché de masse. Il reste cependant à définir comme exploiter ce niveau d’équipement, pour le convertir en chiffre d’affaire supplémentaire dans les entreprises. Comme le résume Simon Chignard, co-organisateur des Mobiles Monday à Rennes, « il y a un marché qui est plus grand », avec par exemple plus de personnes à télécharger des applis, mais « en parallèle on a jamais eu autant d’applis ». La concurrence serait donc féroce pour être visible sur les plateformes de distribution comme l’Apple Store ou Google play.

Hausse de la pub, pas du display

Une vision que confirme Thomas Di Murro, responsable du pôle mobile chez Spir Communication, sur le site orange-business.com. D’après lui, le marché des applications « commence à saturer » avec en corollaire une « croissance (…) plus forte sur les sites optimisés mobile ». Partant de ce constat, Deloitte a imaginé dans ses prédictions TMT l’émergence du « all you can app» un système « à volonté » version application mobile. Concrètement, il s’agirait d’un « usage non-stop » du produit « pendant une durée limitée » comme l’explique Thierry de Gennes, associé au cabinet. Il faudra en tout cas amener des offres différentes pour pouvoir désormais faire sa place sur les téléphones.

Une tendance compense cependant cette évolution : la forte progression de la publicité sur mobile. Une prévision qui figure notamment chez Deloitte, en précisant néanmoins qu’il ne s’agira « pas du display sur smartphone ». Thierry de Gennes confirme ce message, expliquant qu’il faut « créer une pub propre au smartphone et à la tablette ». De manière générale, « le mobile requiert un changement radical » dans « l’approche marketing » selon Thomas Husson, analyste chez Forrester. L’associé du cabinet Deloitte pense lui à « un marketing direct, très personnalisé et mouvant ». Il imagine par exemple l’usage de « la géolocalisation », avec l’envoi d’un coupon promotionnel en passant devant une enseigne précise.

La tablette, le véritable marché ?

Dans ce domaine, un autre support devrait mieux tirer son épingle du jeu pour Thomas Husson : la tablette, qui devrait « davantage bouleverser les enjeux marketing ». Une ligne que suis également Thomas Di Murro de Spir communication, qui estime que le « vrai boom » sera sur « le marché des tablettes ». Il sera en effet plus facile d’y associer des services ou de la pub, à travers des usages comme la TV connecté par exemple. Mais cela ne devrait « devenir mûr » que « d’ici 2016 ». Le smartphone voit de son côté l’émergence du système de porte monnaie électronique, qui pourra profiter aux commerçants. Plus que l’usage du NFC, peu répandu pour l’instant, on pense pour cela à des applications dédiées, du type S-money.

Cet outil pourrait profiter au m-commerce, attendu par M. Di Murro comme « le gros sujet 2013 ». Le mobile serait alors utilisé pour s’informer d’une part à la maison mais aussi en magasin. Ce marché du mobile reste néanmoins « particulier » pour Simon Chignard, car l’usage « dépend de la marque du téléphone et du type d’abonnement ». Cet aspect « rend difficile la chaine de valeur du mobile », le marché étant en proie à « une confrontation entre l’univers des télécoms et du net ». Reste à définir pour les marques, s’il faut investir maintenant, alors que les usages se structurent, ou plus tard, lorsque le marché sera mûr. Mais à l’image des applis, il sera potentiellement saturé aussi.

Crédit photo : © Christos Georghiou – Fotolia.com

Plus :
Prédictions Technologie, Médias, Télécommunication par Deloitte
Les prédictions de Thomas Husson de Forrester

Billets similaires :