@viteunbus, le robot Twitter d’aide aux voyageurs

@viteunbus, le robot Twitter d’aide aux voyageurs

8 Oct 2013

A l’occasion de la semaine de la mobilité, le STAR (service des transports en commun de Rennes Métropole) a lancé @viteunbus, un compte-robot Twitter qui informe les usagers sur les horaires de passage des bus à l’arrêt de leur choix. Réponse garantie en cinq secondes!

Le Star est présent sur Twitter depuis début 2009 avec le compte @starbusmetro créé et animé par Christophe Millot pour transmettre de l’information en temps réel, échanger avec les voyageurs et les orienter. C’est une véritable communauté de 5000 personnes qui suit ce compte et se mobilise en cas de besoin, comme lors de la grève surprise d’avril 2012.

Christophe Millot pilote la ligne éditoriale du compte, désormais gérée par trois personnes de la plateforme information voyageurs qui répondent à la cinquantaine d’interpellations quotidiennes. « Près de 70% des interactions sont des demandes d’information sur le trafic, 20% des demandes de complément d’information sur le fonctionnement du réseau, et 10% du conversationnel », indique-t-il.

Offrir une « réponse intelligente » aux demandes des voyageurs

En juillet 2013 est née l’idée d’offrir via Twitter un service en temps réel pour faciliter les déplacements des voyageurs, dans la ligne des smart cities : « la même chose que sur le site mobile m.starbusmetro.fr, consulté près de mille fois par jour, mais avec Twitter », explique Sullivan Gauville, de Bookbeo, qui a réalisé les deux applications.

L’originalité de @viteunbus est qu’il s’agit d’un robot qui, à partir d’une sollicitation par tweet, envoie automatiquement et immédiatement les horaires en temps réel des bus qui desserviront l’arrêt dans l’heure. « A terme, ce compte devrait assurer les réponses à près de 30% des demandes d’informations directes sur un horaire », précise Christophe Millot.

L’usager doit indiquer son arrêt de départ, la ligne qu’il va utiliser et le sens (arrêt ou terminus). Mais l’objectif est d’assurer la meilleure réponse possible quelle que soit l’information fournie: la géolocalisation peut se substituer à l’indication de l’arrêt de départ, la ligne n’est à fournir que si plus de deux passent à l’arrêt concerné; la géolocalisation associée à une ligne permet de recevoir l’information dans les deux sens.

Du lean start-up dans le projet

Imaginé en juillet, le projet a fait l’objet d’un hackathon interne et un produit minimum viable a été développé en moins de deux mois par Bookbeo.

« Le modèle est très simple », explique Sullivan Gauville. « Nous avons conçu notre propre moteur de reconnaissance grammaticale: ordre des mots, mots qui doivent être au milieu pour déterminer l’arrêt de départ et de destination ». « L’algorithme prend les noms des arrêts, les mots-clés: ‘vers, direction’ et le numéro de la ligne, si elle est indiquée au début ou à la fin du tweet. » Et on obtient une réponse correcte même en orthographiant mal les noms des arrêts! Le système calcule le nombre d’opérations à effectuer pour arriver sur un nom existant et sélectionne le ‘bon’.

Les concepteurs ont imaginé différentes formes de sollicitations par les usagers et conçu un guide d’utilisation. Cependant, les voyageurs suivent leur propre logique : « on ne s’attendait pas à ce que le numéro de ligne soit indiqué à la fin, à ce que le mot « arrêt » accompagne le nom… » commente Sullivan Gauville. L’algorithme est donc très régulièrement amélioré pour faire face aux demandes réelles des voyageurs. « On a établi des boucles de correction rapide pour affiner les réponses ».

Le système est basé sur deux sources de données: l’API temps réel et les données GTFS publiées par Keolis Rennes. Mais l’ambition de Christophe Millot est plus vaste: pouvoir accompagner le voyageur de son point de départ à son point d’arrivée, proposer un véritable « moteur de desserte ». « On pourrait le faire », s’enthousiasme-t-il, « en référençant déjà départs et arrivées dans des lieux publics, grâce à la base d’adresses open data de la ville de Rennes. »

Mais les usagers, habitués au contact humain de @starbusmetro, se satisferont-il d’échanger avec un robot? « Ils adorent », témoigne Christophe Millot. Côté développement, on prépare aussi quelques surprises pour les geeks: il est question d’oeufs de Pâques, prochainement…
En attendant, les voyageurs peuvent compter sur @starbusmetro pour échanger sur l’information trafic et sur le tout nouveau @starenligne, pour « montrer une forme de disponibilité sur des sujets techniques, et proposer un espace d’échange et de co-création sur les usages« . Le message est transmis.

Billets similaires :

No comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. bookBeo - Le robot twitter : nouvelle innovation développée par bookBeo pour Keolis - […] En savoir plus : Article du magazine de la cantine […]