Infolocale ouvre la réutilisation de ses données

Infolocale ouvre la réutilisation de ses données

7 Nov 2013

Le site du groupe Ouest-France qui collecte les évènements passe un cap. Il sera désormais possible d’accéder partiellement à sa base de données. Objectif : générer de nouveaux usages.

« Susciter des idées chez les réutilisateurs » voilà ce qui a motivé le groupe Ouest-France a ouvrir partiellement les données de son service infolocale. Le service est bien connu des associations et institutions culturelles locales. Il leur permet d’annoncer directement leurs évènements et même de programmer la parution à venir dans le journal de leur ville. Mais le service ne se limite pas au papier et souhaite maintenant développer son utilisation en ligne. Jean-Pierre Besnard, le chef de produit d’infolocale souhaite notamment voir émerger « des applis, des sites internet » à partir de ces données, comme cela a pu être le cas au moment de l’ouverture des horaires des transports à Rennes.

Open data, pour les données de l’Agenda culturel

Actuellement, ce sont 2 jeux de données qui sont en accès libre. Le premier concerne les données évènementielles d’infolocale, c’est à dire toutes les informations saisies par les associations. Cependant leur ouverture concerne uniquement « les événements ayant lieu jusqu’à demain ». Une « prudence » assumée en interne, où ce partage d’info nécessite un travail de pédagogie. Le second volet concerne l’agenda culturel, une partie développée avec Rennes Métropole qui finance un hors série papier édité par Ouest-France (Agenda des sorties) à partir de ces infos. Ce service s’adresse aux institutions culturelles, qui en saisissant leurs évènements peuvent les retrouver sur différents sites web comme celui de Rennes Métropole.

Ce sont donc ces informations qui sont diffusées en open data. La contrepartie pour les acteurs culturels est l’utilisation d’infolocale en saisie. Pour les réutilisateurs, il est possible de faire une sélection en choisissant « uniquement certaines catégories » d’événements. Cette « structuration des données » est d’ailleurs « la force du projet Infolocale » pour Jean-Pierre Besnard, avec une vingtaine de champs différents pour chaque événement. L’intérêt pour l’entreprise est qu’en « permettant la réutilisation, on sait qu’on a plus de gens à venir annoncer des évènements ».

A la conquête des collectivités

En revanche, la société n’a « pas avancé » sur la réutilisation payante. Un principe est cependant posé : « selon que le réutilisateur participe ou pas au développement de l’écosystème (…) on s’interrogera sur la commercialisation des données » explique le chef de produit. En clair cela devrait être gratuit pour les collectivités, mais payant pour les privés voulant en faire un usage commercial. Même si pour l’instant, M. Besnard avoue ne pas avoir « le modèle économique ». Car au delà du monétaire, l’intérêt est aussi d’amener des nouveaux projets dans le groupe Ouest-France, sur la réutilisation de ces outils. Un point loin d’être acquis car il a plutôt fallu faire un « travail de pédagogie auprès des décideurs ».

En pratique, il est donc possible de se connecter au portail des données événementielles sur data.infolocale.fr. Les annonceurs disposant d’un compte peuvent alors récupérer leurs données, ou les données de leur commune dans le cas d’une Mairie. Autres possibilités : consulter l’annuaire des associations de sa ville ou passer par une API pour accéder à tout infolocale. Des fonctionnalités qui font dire à Jean-Pierre Besnard que son service a « passé une marche ». Le défi pour l’année prochaine sera de « faire adopter nos produits par un maximum de gens » et notamment « les collectivités ». Une façon pour ces dernières de développer un nouveau service pour leurs administrés, mais aussi de renforcer la position incontournable de Ouest-France sur son territoire.

Plus :
Le portail d’infolocale

Billets similaires :