Yao Bretagne, un dispositif pour aider les jeunes créateurs d’entreprise

Yao Bretagne, un dispositif pour aider les jeunes créateurs d’entreprise

28 Nov 2013

Un célèbre entrepreneur rennais lance un système de parrainage pour aider les moins de 30 ans à se lancer dans l’entrepreneuriat. Une façon de transmettre mais aussi d’aider le territoire breton.

« Faire quelque chose pour les jeunes, pour la Bretagne », cette volonté fut le point de départ de Yao Bretagne pour Mario Piromalli. Cet entrepreneur est connu à Rennes pour être le propriétaire de 19 restaurants Mc Donald’s, après avoir démarré comme simple équipier. Fort de ce qui est « une réussite professionnelle », il souhaite maintenant « rendre au territoire » ce qu’il lui a donné. De là est née son idée de dispositif pour accompagner les jeunes dans la création d’entreprise. Dans ce domaine il n’en est pas à son coup d’essai, siégeant déjà au bureau de la CCI de Rennes, en charge justement du rapprochement jeunes/entreprises. Le chef d’entreprise ne souhaite donc « pas un fond de dotation en plus », mais la mise en place d’actions concrètes.

En pratique, il s’agira de « guider un jeune dans son chemin de création d’entreprise » et cela d’abord en lui associant « un parrain ». Le profil de ce dernier est clairement identifié : « Pas quelqu’un qui explique » mais plutôt « quelqu’un qui est dans l’empathie ». Il doit aussi s’agir de personnes ayant « prouvé à la Bretagne leur réussite ». Mario Piromalli précise enfin que l’objectif est d’ « aider un jeune à se réaliser » et non pas de le « cornaquer ». En Ille et vilaine, ils seront une trentaine pour accompagner autant de projets. A chaque fois, Yao Bretagne fera un véritable « travail d’interface » pour aider à combiner « deux bons profils » à même de s’entendre.

Lancement début 2014

Au delà de ce volet, le dispositif prévoit d’autres actions comme une journée spéciale, « devant un large public de chefs d’entreprises ». L’idée est d’y échanger « avec des experts reconnus ». Dernière composante, une bourse sera remise à travers des prix, au tandem jeune/entrepreneur qui aurait réussi. Une récompense qui interviendra à la fin du dispositif. Le déploiement devrait s’effectuer début 2014, avec la mise en place d’un site web qui servira à capter les candidatures. Le public visé concerne plutôt les 18/30 ans, mais plus largement « tout ceux qui ont envie de créer, pour créer de la richesse », comme l’explique M. Piromalli.

A travers cette initiative, il souhaite devenir « un chef d’entreprise accompli ». Ce stade arrive pour lui comme un aboutissement dans « la courbe de vie d’un chef d’entreprise ». Car une fois la réussite arrivée, se pose la question de la transmission mais aussi « l’envie de partager ». Plus globalement, il avoue que « tout ce qui peut améliorer l’attractivité du territoire [l’]intéresse ». D’autant qu’il estime qu’il n’a « plus que ça à faire aujourd’hui », vu sa carrière professionnelle. Cette volonté est aussi une « histoire de personnalité » pour Anne qui coordonne le projet Yao Bretagne. Il y a « un fil » avec l’action de Mario Piromalli au cours de son parcours. Mais comme ce dernier l’explique, s’il a « toujours eu cette envie » il a désormais « plus de liberté pour le faire ».

Plus :
Le compte Twitter de Yao Bretagne
Portrait de Mario Piromalli par RégionsJob

Billets similaires :