BCI et le Pôle Images et Réseaux font leur retour sur le CES

BCI et le Pôle Images et Réseaux font leur retour sur le CES

12 Fév 2014

Des entreprises bretonnes et ligériennes étaient cette année encore présentes au Consumer Electronics Show (CES). Bretagne Commerce International et le Pôle Images et Réseaux organisaient une restitution de ces expériences, le 10 février 2014 à la Cantine numérique rennaise.

« Cette année le CES a permis d’isoler certaines tendances », c’est ainsi que Bernard Neumeister a débuté sa restitution du Consumer Electronics Show (CES), le salon référence en matière d’électronique grand public. Ce consultant high tech menait cette année encore une mission pour Bretagne Commerce International (BCI) à Las Végas. Il a ainsi identifié des secteurs en pleine croissance. Premier d’entre eux, la e-santé car « on vieillit de plus en plus et il y a des déserts médiaux ». L’enjeu est ainsi d’économiser 197 milliards de dollar dans le futur. Dans ce domaine « le smartphone devient l’outil médical de tous les jours ». Exemple avec IceBlue Button qui « permet de mettre un QR code sur votre téléphone », pour « accéder à votre dossier médical » en cas d’accident.

Les objets connectés, stars du salon

Autre « gadget », le stéthoscope du futur. Grâce à une « tête interchangeable », il peut avoir un système sonore (pour faire écouter le cœur à plusieurs personnes à la fois) ou encore réaliser un électrocardiogramme. Dans le domaine du vêtement intelligent, son attention a été retenue par « Voyce », le collier connecté pour chien, pour surveiller sa santé. Un marché « estimé à 3,8 milliards d’euros en France car il y a 60 millions d’animaux de compagnie ». Mais le secteur le plus important au CES était l’internet des objets. Il représente en effet « 50 à 100 milliards d’appareils dans le monde » d’après Bernard Neumeister.

D’abord hétérogène, le marché commence à se structurer avec l’apparition de « processeurs standards ». Intel a ainsi proposé le processeur « prêt à porter » qui permet de « transformer n’importe quel appareil de la maison en matériel communiquant ». Mais plus globalement, des alliances se mettent en place, avec par exemple un projet open source baptisé AllJoyn. Le spécialiste high tech estime que Google « est en train de créer son propre univers ». Compte tenu de la présence et de la force de frappe de cette entreprise, « pour en sortir ce ne sera pas simple ». Résultat de cette ébullition, cela « amène de l’internet de tout » ! La fenêtre, la poignée de porte, autant d’exemples concrètement présentés à Las Végas.

Quelle sécurité pour ces objets ?

Mais c’est probablement l’industrie qui va le plus tirer partie de cette montée en puissance des objets connectés, avec « des applications dans le domaine professionnel ». L’intérêt pour les entreprises vient surtout de potentielles économies importantes, d’où l’implication de Général électric. Une industrie a d’ailleurs déjà basculé vers une forte intégration du numérique, c’est l’automobile. Bernard Neumeister a ainsi noté « l’arrivée en masse de la 4G dans la voiture », ainsi que la « reconnaissance de la voix et du geste », même si cette dernière fonctionnalité n’est pas une réussite d’après lui. Là aussi la firme de Mountain view se positionne en voulant placer son système Androïd dans tous les véhicules. Une mutation qui fait dire à certains que le prochain smartphone sera la voiture.

Dernières tendances remarquables pour M. Neumeister, l’arrivée de la 4K dans la télévision, les caméscopes et les smartphones. Les innovations sur la gestion de l’énergie étaient moins présents, en raison d’une baisse du prix de l’énergie aux US avec le gaz de shiste. L’expert high tech note néanmoins l’arrivée d’une ampoule led avec batterie qui fonctionne 4h même en cas de panne de courant. En revanche, il n’a décelé aucune société spécialisée dans la sécurité. Il s’agira pourtant d’un secteur clé pour Bernard Neumeister car toutes les innovations présentées « ne marcheront pas si les informations ne sont pas sécurisées ». Un volet qui préoccupe de plus en plus avec une hausse des piratages de grandes entreprises comme Orange.

Plus :
Revoir la conférence en vidéo (sur inscription)

Billets similaires :