La Novosphère devient une association

La Novosphère devient une association

27 Fév 2014

Le réseau de promotion de l’innovation s’émancipe de Rennes Métropole et met en place sa propre structure. Si ce changement n’aura pas d’impact pour les projets accompagnés, il permettra à la Novosphère de bénéficier de plus de moyens de la part de ses fondateurs.

« C’est ce qui avait été annoncé dès la naissance en 2012 ». Pour Florent Vilbert, coordinateur du projet de la Novosphère, le passage de sa structure en association est « un non-événement ». Il s’agissait juste d’une « promesse » qui « vient d’être honorée ». L’outil de promotion des innovations rennaises vient en effet de se constituer en association loi 1901, le 11 février 2014. Actuellement, le conseil d’administration est composé de 12 personnes, représentant 5 organismes : 5 pour Rennes Métropole, 4 pour la CCI de Rennes, une pour l’Université Rennes 1, de même que pour l’Université Rennes 2 et une personne issue de la Conférence des directeurs des grandes écoles de Bretagne.

Des places libres au conseil d’administration

A travers cette composition se réunissent « 3 univers » d’après M. Vilbert : « celui de la collectivité, le monde économique et les enseignements de recherche ». Le choix de ces structures s’explique par l’histoire, la naissance de la Novosphère, d’abord portée par Rennes Métropole. Cette dernière s’est donc logiquement tournée vers les plus grosses structures du territoire. Pour autant, il reste 4 places au CA « pour que soient représentés les membres associés ». Actuellement, il n’y en a pas car il faut cotiser 150€ pour être membre de ce « collège » de l’association, ce que personne n’a fait, même si le coordinateur du projet avance « des intentions ».

Pour trouver des membres, il faudra probablement se tourner vers les 33 partenaires associés au projet, qui sourcent, relaient, identifient des projets sur le territoire. Ces 4 représentants seront ainsi nommés pour 3 ans via l’assemblée générale. Cette instance annuelle venant d’avoir lieu il faudra peut-être attendre un an pour les identifier, sauf « si dans 2 mois on sent ce côté pressant d’une représentation en CA ». L’objectif n’est d’ailleurs pas de fermer cette institution à double tour, témoin le montant de la cotisation « fixée à un montant symbolique pour que ce soit pas prohibitif ». Florent Vilbert n’a d’ailleurs aucun doute : « très vite on aura des structures proches qui nous rejoindrons » dans la Novosphère, notamment « des établissements bancaires ».

Une plus forte dimension internationale

En pratique, cela ne change rien pour les projets qui sont accompagnés ou qui pourraient l’être. Il faut ainsi « distinguer l’action de la Novosphère et les coulisses de son fonctionnement », pour son principal acteur. L’activité restera donc la même à savoir « des campagnes de publicité » et ça « quelque soit les instances ». Sur le plan stratégique cependant, l’association « accentue la dimension internationale », qui « devient une demande explicite » du CA. En clair, il faudra « bâtir de façon concertée avec les acteurs du territoire une stratégie de rayonnement » et « la mettre en œuvre ». Une nouvelle ambition qui montre qu’on passe d’un « proto à un outil, à l’étape 2 ».

Sur le plan des moyens, l’association bénéficie toujours d’un soutien de Rennes Métropole, avec une « convention d’objectifs et de moyens passée le 20 février en conseil d’agglomération ». Elle prévoit une subvention de fonctionnement (465 000€) pour les actions de communication, les soutiens aux labellisés et la rémunération d’un salarié. La Novosphère bénéficiera en plus « d’un certain nombre de facilités » comme la mise à disposition d’un bureau et un mi-temps de chargé de communication notamment. De son côté, la CCI de Rennes s’est engagée à consacrer 2 mi-temps à l’association. Enfin, les autres fondateurs débloqueront des moyens sur projet.

Crédit photo : Rennes La Novosphère

Plus :
Le site web de la Novosphère

Billets similaires :