Les communes Bretonnes et leur usage des TIC

Les communes Bretonnes et leur usage des TIC

5 Fév 2015

En Février 2013, le GIS M@rsoin a rencontré 5 mairies bretonnes avec l’objectif d’en apprendre plus sur leur rapport au numérique (équipements, usages). En quelques lignes, voici ce que nous en retenons.

« 49% des communes bretonnes de moins de 2000 habitants (majoritaires dans la région) disposent d’un site web. C’est le signe d’un certain niveau d’investissement dans l’appropriation des usages des TIC »

Ce qui favorise le développement  des TIC dans les mairies

Une vraie perception de valeur ajoutée

Les TIC sont assez bien perçus, ils simplifient les tâches quand ils sont maîtrisés. Les personnes interrogées en font souvent l’éloge : « pratique, gain de temps, plus économique, efficace, donne accès à tout, intéressant, etc. ».

Des moteurs de développement du numérique

La population demande de plus en plus de dématérialisation via le site de la mairie et le personnel technophile en mairie également. D’ailleurs on y retrouve toujours une personne compétente sur le sujet qui guide les nouveaux achats d’équipement en TIC. On constate aussi un effet de rupture à chaque électionLe turnover entraîné par les différents mandats crée l’occasion d’intégrer de nouveaux outils et pratiques numériques (on assiste parfois aussi à l’effet inverse).

L’influence des communes voisines

Les mairies ne cherchent pas  à être des précurseurs, elles cherchent de la fiabilité à long terme.
« On a toujours une génération de retard. Comme ça les autres […] essuient les plâtres, et puis nous on récupère un truc qui est valable ». Les investissements dépendent de la taille de la mairie, des besoins ressentis mais aussi des choix de leurs voisines. Elles s’inspirent entre elles, s’aident et se conseillent. La démarche est parfois mutualisée (comme en EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale) pour faciliter les choses. C’est généralement une émulation qui pousse tout le monde vers le haut.

De plus en plus de procédure sont obligatoirement dématérialisées

Les déclarations sociales par exemple, via la DADS-U sont devenues obligatoires. Cela a l’avantage de  faire gagner du temps aux communes et c’est apprécié. Des logiciels métiers deviennent la norme et souvent les fournisseurs en profitent pour fournir des packages pour l’ensemble des services.

 

Des freins à l’insertion des TIC en mairie

Des problèmes techniques

Une connexion Internet pas assez performante ou encore des soucis non-anticipés de  compatibilité sont aussi les tracas de certaines mairies.

Un marché des logiciels inadéquat

Les logiciels spécialement conçus pour les communes sont rares, c’est un marché avec peu de concurrence, et donc peu de choix. Des outils sont souvent développés pour les PME (outils de gestion électronique des documents par exemple)  mais sont rarement adaptés aux besoins d’une collectivité.

Des réticences persistantes à utiliser le numérique

Certaines habitudes ont la dent dure : le support papier reste encore bien ancré dans le domaine des procédures administratives (parfois le problème de la valeur juridique nécessitant une signature manuscrite et un support matériel se pose).

Sans une pratique répétée des outils numériques certains ont du mal à se les approprier. Que ce soit par peur de mal faire où de ne pas y arriver, par allergie au travail dématérialisé et aux boîtes mail ou encore la valeur par défaut « l’âge », certains ne sont toujours pas prêts à passer le pas.

 

Globalement, les réponses des établissements rencontrés traduisent des disparités dans les connaissances et compétences TIC entre les mairies. Elles montrent aussi que le « passage au numérique » n’a pas forcément été évident. Malgré tout certaines semblent satisfaites de leur niveau d’équipement et désirent renvoyer l’image moderne de mairies qui vivent avec leur temps.

Si les nouvelles technologies gardent des aspects contraignants, ils ne paraissent pas insurmontables. Petit à petit des solutions numériques sont adaptées aux besoins spécifiques des collectivités, de nouvelles habitudes sont prises et le rapport gains perçus/coût d’entrée est assez positif pour les motiver à continuer sur cette voie.

Retrouvez l’étude complète du GIS M@rsoin : Les Communes Bretonnes et les TIC.

Billets similaires :

No comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les communes Bretonnes et leur usage des TIC | R'N'B : Rennes Numérique Bretagne ... et alentour - […] Article original disponible sur www.lemag-numerique.com […]