Comment la construction vit sa transformation numérique avec le BIM ?

Comment la construction vit sa transformation numérique avec le BIM ?

30 Mar 2015

Donneurs d’ordre, acteur de la construction, bailleurs sociaux, responsable de l’aménagement du territoire ils s’étaient tous donné rendez-vous au CNIT à Paris les 25 et 26 mars dans le cadre de BIM World. Et preuve que le marché arrive à maturité et s’interroge sur la suite de cette transformation numérique par la maquette numérique, les pôles de compétitivités nationaux ont coordonné un ensemble d’ateliers et conférences pour présenter des technologies issues de la R&D collaborative aujourd’hui adoptées par les plus grands. L’occasion également de s’interroger sur le passage du BIM au CIM.

Petit préambule : Le BIM, késako ?

Building Information Modeling, ou dans sa transcription française, Modélisation des données du bâtiment, ou encore Maquette Numérique du bâtiment, les mots ne manquent pas pour décrire cette technologie et les processus associés qui permettent de produire, communiquer et analyser des modèles de constructions. Le BIM est aujourd’hui intégré par la plupart des constructeurs et bailleurs sociaux, car il facilite la conception et la communication multidisciplinaire autour d’un projet de construction / rénovation.

Virtuelle ou augmentée, les réalités mixtes au cœur des enjeux

Force est de constater que les technologies de Réalités Mixtes, virtuelles et augmentées sont au cœur des enjeux avec de multiples conférences sur le sujet. Jérôme Royan Responsable du laboratoire Réalité Augmentée, Réalité Virtuelle, Réalités Mixtes, IRT b<>com rappelle ainsi que ces réalités mixtes ont de multiples bénéfices, que ce soit dans leur usages marketing pour immerger le client ou prospect dans un bâtiment, dans le cas de concertation citoyenne, de simulation technique, d’optimisation ou de contrôle qualité, … Ces réalités ont l’avantage de permettre une projection avec l’appréhension des volumes et des distances et aujourd’hui les technologies matures assurent une interactivité intéressante. Se pose alors la question de l’acceptabilité face à la croissance exponentielle des systèmes de réalités mixtes qui arrivent sur le marché. Pour lui le constat est assez simple : « il ne s’agit pas de savoir si ces technologies vont être adoptées par la filière mais plutôt de se demander quand ». Et pour cela « il faut travailler sur la simplicité d’usage, d’installation, d’acquisition des compétences, … pour donner les moyens à l’ensemble des acteurs de manipuler eux même les maquettes ».

Chez Bouygues Construction, Trino Beltran, Directeur construction durable  et innovation collaborative, fait aussi ce constat. Notamment par le biais de la R&D collaboratives, les technologies de réalités mixtes font désormais partie du quotidien. Les techniciens vont de bâtiment en bâtiment grâce à des maquettes scénarisées. « Ces technologies nous permette d’avoir des sensations, de prendre des décisions, et de naviguer dans un bâtiment à l’échelle 1 ». L’immersivité est la clé de réussite, avec donc la réalisation de plusieurs salles équipées pour depuis plusieurs années révolutionnent l’approche métier. « L’enjeu est bien aujourd’hui de démocratiser, de diffuser la technologie de partager. »

Le partage, c’est également le mot clef de l’intervention de Jean Baptiste de la Rivière, Directeur R&D et Innovation chez Immersion. « Pour comprendre un bâtiment on a besoin d’être à l’intérieur, et de mettre autour de la table plusieurs corps de métiers ce qui explique l’émergence de salles immersives, avec des systèmes multi-utilisateurs, multi point de vues, … qui favorisent la visualisation et l’interaction. » Immersion travaille aujourd’hui à des dispositifs tactiles, intuitif, collaboratifs, pour fluidifier la transition des informations. Il parle de Brain computer Interface.

 

Du BIM au CIM, c pour Cities car le bâtiment s’intègre dans un quartier et un environnement.

Si il fallait retenir un 2ème fil rouge de ces 2 jours de conférence, c’est peut être celui de la question énergétique du bâtiment et du passage à l’échelle du quartier, de la ville. La maquette numérique et la modélisation de données environnementales, comportementales, … émergent de plus en plus dans les processus de prise de décisions, notamment sur les plans locaux d’urbanismes et les services d’aménagements du territoire. Cap Digital, Systématic ou encore Imaginove ou Images & Réseaux ont ainsi en leur sein des projets de R&D collaboratif qui travailler sur ces modélisations dynamiques, capables de gérer plusieurs types de données, et de modéliser en 3D le trafic routier, le déplacement des piétons, la voierie, les sites critiques, … Les différentes solutions proposées, souvent en mode Saas, sont capables de manipuler les données sur l’ensemble de leur cycle de vie : stockage, diffusion, traitement, analyse et visualisation 3D. Des outils d’aides à la décision qui amènent également les énergéticiens à travailler avec la filière de la construction pour une gouvernance énergétique collaborative à grande échelle. « Il se passe en France des choses autour de la transition énergétique. Les villes sont partie prenantes pour des territoires à énergie positives. La ville doit avoir une vision plus précise de sa consommation énergétique en terme de consommables, de production, et encourager le partage d’énergie et l’interactivité entre usager » explique Laurent Schmitt de chez Alstom. Et pour y parvenir des outils informatiques, des outils transactionnels pour une meilleur articulation sur une maille locale, outils qui dans ce nouveau contexte a pour enjeu majeur l’optimisation de l’usage des infrastructures. « Les réflexions sur des microgrids se multiplient en France. Issy les Moulineaux, Nice, Vendée, Normandie, les territoires s’impliquent et s’interroge sur les meilleurs moyens de sensibiliser les usagers sur cette gestion dynamique de l’énergie des bâtiments pour que le solaire de mes voisins serve à répondre à mon besoin de pointe à un instant T ». « We share the power » pourrait ainsi être le socle d’un nouveau modèle de gouvernance énergétique.

 

Pour aller plus loin téléchargez la revue de presse sur le BIM proposé par Images & Réseaux

Billets similaires :

No comments