OSUIT sécurise la pose de prothèses par immersion 3D

OSUIT sécurise la pose de prothèses par immersion 3D

29 Avr 2015

Deux PME brestoises développent une plateforme immersive inédite. OSUIT permettra aux chirurgiens de s’entrainer en réalité virtuelle sur une maquette 3D du patient avant de pratiquer la véritable intervention.

Les deux startups sont issues de l’incubateur de Télécom Bretagne. L’une, Eyes3Shut, est spécialiste des lunettes 3D actives et de l’immersion 3D. L’autre, Imascap, est une référence de la chirurgie augmentée de l’épaule grâce à sa solution d’assistance et de guidage des interventions. Elles unissent leurs efforts au sein du projet collaboratif OSUIT, en partenariat avec le Laboratoire de traitement de l’information médicale (LaTIM), pour développer une plateforme immersive sans équivalent de pose de prothèses en simulation.

Quel en est le principe ? Les chirurgiens sont équipés de lunettes 3D immersives chargées d’afficher la zone à opérer. Ces lunettes disposent d’un système de tracking qui renseigne la plateforme sur la position et l’orientation de la tête de chacun. Elles affichent des images calculées à partir de la position de chaque participant et d’un modèle 3D du patient issu de résultats d’imagerie (IRM ou scanner). Enfin, la personne qui pratique l’intervention tient en main un outil doté de marqueurs pour capter ses mouvements avec précision.

Réduire le taux d’échec

Le premier usage visé est la formation de jeunes chirurgiens, selon plusieurs scénarios : une démonstration virtuelle de pose de prothèse devant un groupe d’étudiants, l’apprentissage individuel du geste opératoire assisté ou non par un chirurgien expérimenté, ou encore le passage d’un examen… Avec deux avantages de taille : le chirurgien novice peut recommencer le geste autant de fois que nécessaire, et il a accès à une banque étendue de cas réels pour couvrir la variété des situations.

L’autre usage est destiné non plus à l’étudiant mais au chirurgien confirmé. Il s’agira pour lui de s’entrainer par simulation avant de pratiquer la véritable opération. « L’objectif est de réduire le taux d’échec des poses de prothèse », fait valoir Samir Bentahar, ingénieur chez Eyes3Shut. « Ce sera le principal argument commercial de la solution. Notamment aux États-Unis où l’augmentation de la réussite des interventions équivaut à une meilleure rentabilité des établissements. C’est le premier marché visé. »

D’une durée très courte, 12 mois, OSUIT a démarré en juillet 2014. Il est aujourd’hui en phase de confrontation avec les premiers retours de praticiens. Un dispositif d’expérimentation est mis en place avec le CHRU de Brest pour recueillir les avis des professionnels.

Les deux sociétés brestoises misent beaucoup sur les retombées du projet OSUIT. Pour Eyes3Shut, c’est une opportunité de diversification alors que le marché des lunettes 3D pour le cinéma arrive à saturation. Pour Imascap, il s’agit d’étendre les produits existants en y ajoutant la dimension multi-opérateurs, point clé dans la supervision d’actes médicaux complexes.

OSUIT en bref

Projet labellisé Images & Réseaux. Appel à projets spécial PME

Coût global : 367 k€

Aide au financement: Région Bretagne et Brest Métropole Océane

Billets similaires :

No comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. OSUIT sécurise la pose de prothèses par immersion 3D | R'N'B : Rennes Numérique Bretagne ... et alentour - […] Article original disponible sur www.lemag-numerique.com […]