Testé pour vous : une journée au Laval Virtual 2015

Testé pour vous : une journée au Laval Virtual 2015

16 Avr 2015

L’avantage du salon Laval Virtual : on peut y rencontrer les esprits innovants de la RA/RV, discuter, affiner son réseau, découvrir et surtout tester ! Un peu plus de 5 000 professionnels sont venus s’intéresser aux nouveautés présentées durant les 3 premiers jours du salon et plus de 9 000 personnes du grand public sont ensuite venues tester les animations.

La première journée commençait notamment par une intervention de Vincent Marcatté, chargé du plan Nouvelle France Industrielle dédié à la Réalité Augmentée, l’occasion de faire le point sur l’avancée du dispositif.

Au même moment un Forum d’investissement tenait place, organisé en collaboration avec les pôles de compétitivité Images et Réseaux, Cap Digital, Imaginove et Systematic. Il permettait à une sélection de jeunes entreprises innovantes du secteur de saisir l’opportunité de présenter leur projet à un panel d’investisseurs nationaux et internationaux.

Puis la cérémonie des Laval Virtual Awards a eu lieu, saluant le travail de différentes équipes dans des domaines variés mettant en œuvre RA et RV (voir les lauréats des Laval Virtual Awards 2015).

laval virtual awards 2015 © M.K

Après cela, il était temps de partir à la découverte des nombreuses animations présentées sur le salon.

Optinvent

Optinvent partageait son stand avec Allucyne. La rencontre entre les deux entreprises s’était faite un an auparavant à ici même à Laval Virtual. Une année plus tard les voici présentant ensemble une solution qui permet, grâce aux smart glasses Ora1 d’Optinvent et à une application développée par Allucyne de faire « sortir du papier » des plans ou des vue aériennes de sites historiques par exemple.

Eisko

Pierre Lelièvre présentait la technologie de la société Eisko, qui crée des doublures numériques  au niveau de fidélité particulièrement poussé qui lui ont valu une mention spéciale au LV Awards. Les personnages de nos jeux vidéo nous ressembleront bientôt très fidèlement. L’avatar rassemble un nombre élevé d’expressions faciales et le logiciel permet de conserver un vrai rendu « humain » en en sélectionnant une partie. Grâce à Unity par exemple, les doubles prennent vie dans divers contextes et s’adaptent très rapidement à la situation du jeu.

Akoustik Arts

Akoustik Arts, une des startups lauréates du Startup Contest proposait d’essayer son enceinte directionnelle « A ». Testé et approuvé, le concept permet d’écouter musique, messages, programmes en toute discrétion et sans se couper de l’environnement autour. Il suffit juste d’être dans le faisceau du son, « au bon endroit ».

Le projet Childhood

Une équipe de l’université de Tsukuba au Japon nous donnait l’opportunité de faire un bond dans le passé avec le projet Childhood. Le but : se rappeler la sensation d’être un enfant voyant le monde en grand. Le toucher et la vue ont été revus à l’échelle d’un bambin grâce à un dispositif de casque immersif et de gant/prothèse. Une impression qui fonctionnait et donnait l’envie de se mettre sur la pointe des pieds.

Catopsys

Daniel Duhautbout, CEO de Catopsys présentait Immersis, nouvelle solution d’immersion. Au lieu de lunettes ou d’un casque immersif, un projecteur – à la silhouette élancée et design – doté d’un fisheye nouvelle génération projette dans toute la pièce l’image en résolution 4K. L’environnement du jeu est alors ramené dans la pièce sans couper les interactions avec les autres personnes présentes. Dévoilé au dernier CES le projet suscite l’engouement, notamment sur Kickstarter où plus de 100 000 $ ont été levés pour le développement et des études de marché.

Orange Labs

En faisant un arrêt sur le stand d’Orange, on découvre deux choses. D’abord, un intéressant robot de télé-présence nommé Uby, qui fait la liaison avec une équipe basée sur Nantes et leur permet de visiter le salon.
On découvre aussi un autre projet nommé Shomi, un service qui permet d’ajouter plus d’interactivité lors d’une communication visiophonique. On passe de la co-présence à une vraie « co-activité » via une plateforme partagée où on affiche au gré des envies films, photos, pages web pour une communication plus riche et plus naturelle.

Et bien d’autres…

Se prendre pour un oiseau  en plein vol avec Birdly, comprendre les rouages d’un moteur avec Clarte et VirtualiTeach, jouer au jeu du miroir avec un ordinateur dans le projet InGREDIBLE

La liste des projets n’est pas exhaustive, ce n’est qu’un très bref aperçu de ce que l’on pouvait découvrir cette année au salon. On y trouvait encore bien d’autres simulateurs, boites immersives, applications, objets connectés et autres projets. Les réalités virtuelle et augmentée ont fait leur chemin presque partout, de la santé aux jeux vidéo en passant par la mécanique et l’éducation.

Laval Virtual 2015 était un vrai bouillon d’innovation et d’expériences, le salon reviendra l’année prochaine du 23 au 27 mars 2016 avec on l’espère, encore plus de découvertes.

 

Plus d’informations : http://www.laval-virtual.org/

Crédit photo : © M.K et Laval Virtual

Billets similaires :