Le Stunfest rassemble 11 000 personnes au Liberté

Le Stunfest rassemble 11 000 personnes au Liberté

29 Mai 2015

Le festival du jeu vidéo a fait le plein, avec un beau programme. Il confirme donc sa montée en puissance dans le centre ville, au point de devoir probablement coloniser un peu plus l’Esplanade de Gaulle l’année prochaine.

« Nous n’avons pas eu assez de galettes-saucisses ». Si la constatation de Thomas François, co-coordinateur du Stunfest, prête à sourire, elle montre aussi l’affluence dont a bénéficié le festival. L’événement de l’association 3 hit combo a effet affiché complet du 22 au 24 mai 2015. Pire, le Liberté était plein à craquer dès la mi-journée pendant les 3 jours, de quoi générer une longue file d’attente. Ce n’est pourtant pas une nouveauté car « ça fait 3 ans que c’est comme ça » explique Thomas François. L’organisation a donc su s’adapter en faisant rentrer en priorité les joueurs inscrits aux tournois, en distribuant de l’eau aux recalés et en proposant des animations.

Pour ceux qui étaient à l’intérieur des murs, le spectacle était au rendez-vous. Chaque espace de la salle de concert avait été colonisé par des propositions artistiques ou des espaces de jeux vidéo. Le hall du rez de chaussée était ainsi dédié en grande partie au rétro gaming : Super-Nintendo, Atari et même Commodore 64 pour les plus anciens ! Le bas du Liberté était divisé en 2 parties, une pour les tournois, dont le Capcom pro tour sur Ultra-Street Fighter 4, une pour des conférences ou animations devant un parterre de chaises longues. L’étage était lui réparti entre 2 espaces Superplay, et une trentaine de propositions de jeux indépendants.

« Pas question d’aller au Parc expo »

Le moment le plus intense a été le dimanche soir, avec les finales des tournois de jeux vidéo, « il y a eu du sport » estime même Thomas François. Les gradins et les transats se sont remplis de gamers mais aussi d’un public plus familial venant « voir les finales, comme les finales de foot ». A tel point que le Stunfest envisage pour l’année prochaine de mettre en place un écran géant afin de « faire en sorte que le festival puisse attirer plus de public ». Car pour gérer le flux, l’idée est plutôt de coloniser un peu plus l’Esplanade Charles de Gaulle que de déménager encore. Il n’est ainsi « pas question d’aller au Parc expo » mais plutôt de « poursuivre l’expérience du Liberté en centre ville » avec qui il y a un « bon travail » de même qu’avec les services de la ville.

La suite ? Ce sont les évènements, nombreux, organisés par 3 hit combo à l’année. L’association sera par exemple sur le pont prochainement pour un atelier au centre pénitentiaire de Vezin le coquet. Suivra une intervention à TedX Rennes, puis le développement du projet RennesCraft… L’activité ne se limite donc pas seulement au festival. Une manière aussi pour « 3 hit » de continuer à grandir et de se faire connaître au niveau local. Car c’est peut-être là le paradoxe du Stunfest, une plus grande visibilité à l’international qu’au local. Un constat qui « ne gène pas dans l’absolu » le coordinateur du Stun, car il y a « déjà la queue » à l’entrée. Le festival n’est après tout que depuis 2 ans en ville. « La 3ème année ce sera différent » promet déjà Thomas François.

Plus :
Le site du Stunfest

Billets similaires :