La Poste se réinvente par le numérique

La Poste se réinvente par le numérique

1 Déc 2015

Les fondements de son modèle économique ont été emportés par le raz-de-marée numérique. Et c’est pourtant par le numérique que le groupe La Poste se réinvente. Une transformation spectaculaire qui embarque dans son sillage des startups y compris dans le domaine des objets connectés. L’objectif : inventer des services innovants qui tirent le meilleur parti du réseau de proximité.

La transformation numérique du groupe La Poste était présentée dans le cadre de Meet the Digital Officer (#MeetDO) organisé par Images & Réseaux, le 24 novembre. But de l’événement : provoquer une rencontre entre les besoins numériques de grands groupes et les offres des startups et PME du pôle de compétitivité. Outre La Poste, le distributeur d’énergie ERDF (voir l’article) et l’assureur AXA participaient également à cet après-midi de rencontres.

Une synergie entre numérique et réseau de proximité

Anne Nicolas, déléguée régionale de La Poste en Bretagne, commençait par un rapide état des lieux. Le groupe est parmi les plus grands employeurs nationaux avec 260 000 collaborateurs. En France, son « réseau humain de proximité » compte 90 000 facteurs et 17 000 points de contact. La Poste réalise plus de 22 milliards d’euros de chiffres d’affaires et transporte environ 25 milliards d’objets par an dans le monde.

L’ensemble des activités du groupe subit de plein fouet la révolution numérique : le courrier dont le volume réduira de moitié entre 2008 et 2018, la fréquentation des bureaux de poste en baisse constante, la concurrence très forte dans l’acheminement des colis, un paysage bancaire en mutation pour La Banque Postale… Si bien qu’il a fallu redéfinir la stratégie. L’ambition nouvelle : « Devenir l’opérateur universel des échanges physiques et numériques au service des particuliers, des professionnels, des entreprises et des services de l’État. »

Un hub numérique pour gérer les objets connectés

Le décor étant planté, c’était au tour de Vanessa Chocteau, directrice des programmes French IoT et Docapost, de décrire plus-avant la stratégie numérique du groupe. Cette stratégie s’appuie notamment sur le concept de « services numériques de confiance ». Quelques exemples déjà opérationnels : un portefeuille électronique sécurisé, un coffre-fort numérique pour les documents personnels, un service garantissant l’identité numérique, un service de dématérialisation pour les entreprises… Ce dernier, Docapost, mobilise 4600 personnes dont un millier de développeurs.

La Poste se veut être « un opérateur multicanal » capable de délivrer « un bouquet de services numériques » en s’appuyant sur son réseau de proximité. C’est en particulier le sens d’un nouveau service appelé « Loggin La Poste » dans lequel le groupe se positionne en « tiers de confiance » pour offrir à ses clients une proposition numérique globale et sécurisée.

Le groupe construit aussi une proposition de hub numérique pour la e-gestion des objets connectés. Selon Vanessa Chocteau, il s’agit de « réintroduire de la matérialité dans l’Internet des Objets » ou encore de « créer de la valeur en associant un service de proximité à un objet connecté ». Avec ce hub, La Poste se positionne entre les fournisseurs d’objets ou services connectés et les utilisateurs finaux auxquels le groupe propose une interface de pilotage unique et une garantie de confidentialité des données.

Construire un écosystème IoT

Pour donner un coup de pouce à la filière de l’Internet des objets autour de son hub numérique, le groupe La Poste a lancé le programme French IoT. C’est un concours qui s’adresse aux startups et PME innovantes, afin de « créer une communauté » et apporter « plus d’inventivité ». Il s’agit de « mettre sur la rampe de la réussite » les entreprises sélectionnées en leur permettant de tester leur solution sur les plans techniques, usages et business, et de leur donner un supplément de visibilité. La Poste accompagnera 16 d’entre elles au Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier.

Une édition 2016 de l’opération French IoT est en préparation car le groupe veut « continuer à alimenter la communauté ». En parallèle La Poste a également mis en place un accélérateur industriel, Start’in’Post, destiné à faciliter « le coup d’après » : la mise sur le marché. Pour ces opérations, La Poste s’appuie sur des territoires pilotes dont la région Pays-de-la-Loire. Et peut-être bientôt la Bretagne ? Au vu des échanges qui ont suivi l’exposé, l’assistance a clairement montré son souhait de liens renforcés.

Plus

Retrouvez une interview des intervenants grâce à la Radio des entreprises.

Billets similaires :

No comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Face au numérique, Axa change de logique - Le Mag numérique | Le Mag numérique - […] grands groupes aux offres des membres du pôle de compétitivité. Axa intervenait après ERDF et La Poste pour présenter…