La disruption au service de la consommation locale : chronique du succès du BonCoin

La disruption au service de la consommation locale : chronique du succès du BonCoin

22 Juil 2016

Pour ses 10 ans, Le Bon Coin fait le point sur son succès, ses chiffres clés, ses objectifs et sa vision. Antoine JOUTEAU, CEO Le Bon Coin, nous a partagé ce bilan lors de la deuxième journée du West Web Festival, le vendredi 15 juillet 2016.

D’où provient le concept Le Bon Coin ?

Déclinaison du site internet suédois de petites annonces blocket créé en 1996, Le Bon Coin a fait son apparition en France en 2006. D’abord dubitatif sur le potentiel succès de ce concept, Olivier Aizac, créateur de Le Bon Coin, décide tout de même d’exporter le concept et de réinventer les petites annonces. Les français, en recherche constante de proximité et de la meilleure affaire « au coin de la rue », accueillent le site avec enthousiasme. Cela marque le début du succès…

 

Le Bon Coin, une marque forte et ancrée dans le quotidien des français

Antoine Jouteau

Antoine Jouteau

Le modèle français, contrairement au modèle suédois, est un modèle freemium : mise en ligne gratuite de l’annonce et pour ceux qui le désirent, des services de promotion payants sont proposés. Comme Antoine JOUTEAU l’a précisé, il n’y avait pas de business model défini avant 2009, même si la marque, trois ans après son lancement, était déjà forte. Ils ont dû prendre trois décisions de disruption : le passage de la plateforme payante au freemium, le contrôle des annonces avec une relecture et une vérification, et le choix d’une marque et sa promotion. Business model qui leur permet désormais de générer près de 60% d’EBITDA.

Leader français des sites d’annonces gratuites, Le Bon Coin se définit comme un « acteur incontournable de la consommation locale » et de lien social. Un français sur trois se connecte chaque mois ! Premier site de vente entre particuliers, il est aussi l’un des 5 sites les plus consultés en France et une des 5 premières régies publicitaires françaises.

Le Bon Coin est aussi présent auprès des professionnels (500 000 professionnels l’utilisent, que ce soit pour poster des annonces de location de matériels professionnels, ou pour poster des offres d’emploi). « Cette année, Le Bon Coin devrait devenir leader sur le marché des offres d’emploi, des cadres et non cadres » a souligné le CEO. Du fait de son important flux (800 000 nouvelles annonces par jour et 9 milliards de pages vues par mois) et son importante capacité de stockage d’annonces (volume de 50 téraoctets selon l’Usine Digitale[1]), le site internet se vante d’être le plus important hébergé en France.

 

Quels objectifs pour demain ?

Dans un premier temps, Antoine JOUTEAU a précisé qu’il souhaite atteindre le nombre de 500 collaborateurs d’ici fin 2016, ils sont 400 aujourd’hui. Dans un second temps, un incubateur sera lancé en janvier prochain à Paris. L’objectif principal étant de « rester numéro un en France, là même où des concurrents plus expérimentés, comme l’Américain eBay, ont échoué » (LSA, 2016[2]).

 

[1] http://www.usine-digitale.fr/article/le-bon-coin-s-offre-un-lac-de-donnees-dans-le-cloud-pour-doper-son-marketing-au-big-data.N394522

[2] http://www.lsa-conso.fr/a-lille-leboncoin-se-lance-a-la-conquete-des-pme-et-tpe,238146

Billets similaires :