Amarok Biotechnologies veut s’agrandir

Amarok Biotechnologies veut s’agrandir

26 Sep 2016

Distingué en 2015 au salon des productions végétales d’Angers, Amarok Biotechnologies poursuit son développement. Spécialisée dans la recherche et les essais biologiques, la jeune pousse malouine veut rejoindre le parc de la technopole Atalante Saint-Malo.

Il est arrivé à l’aube des années 2010 sur les terres malouines après avoir quitté la Champagne-Ardennes. En 2011, et avec quinze années d’expérience auprès de sociétés des secteurs du biomédical et des biotechnologies au compteur, Vincent Genty a créé son propre laboratoire d’analyses, d’essais et de recherche. A son arc, quatre domaines d’intervention. Depuis sa création, Amarok Biotechnologies réalise des tests de performance pour la mise en marché de solutions et de machines dans le secteur de l’analyse biologique. Et dans ce domaine, le fondateur entrevoit une accélération de l’activité à l’échelle européenne. « Une nouvelle réglementation se met en place, notamment pour les acteurs du secteur du diagnostic médical. Ces nouvelles exigences de validation de performance concernent l’ensemble du marché européen », explique-t-il.

Du vin à la bière : des solutions innovantes

Autre volet de son activité, la recherche et développement, « notamment dans l’agroalimentaire ». En 2015, Amarok Biotechnologies a d’ailleurs été récompensé au salon de la production végétale d’Angers, le Sival, pour la conception d’une solution innovante qui détecte, par immunofluorescence, la présence de levures qui altèrent le goût ou l’odeur d’un vin ou d’un cidre. Selon Vincent Genty, cette détection rapide des levures Brettanomyces permet, entre autre, de mieux « piloter la fermentation et de mieux doser les sulfites ». Dans la foulée, la société a développé, un nouveau kit de test inspiré par les besoins de microbrasseurs locaux. En ligne de mire : la mesure de la qualité et la vivacité des levures de fermentation utilisées lors des brassages, de manière à trouver la bonne recette ou envisager une réutilisation.

S’agrandir à Atalante Saint-Malo

Aujourd’hui, 10 salariés travaillent dans les 200 m2 qu’occupe la start-up sur le site Le Cap, la pépinière d’entreprises gérée par Saint-Malo Agglomération. En plus de son laboratoire, la société possède un plateau technique destiné à des laboratoires locaux ou des start-ups souhaitant réaliser des analyses ponctuelles ou des projets de recherche. « Nous souhaitons rapidement nous agrandir et nous installer sur la technopole Atalante Saint-Malo », poursuit Vincent Genty. En vue, 120 m2 supplémentaires pour agrandir leur laboratoire et répondre aux besoins de stockage. « Le terrain existe et les permis de construire sont prêts », précise-t-il. Le hic ? « La banque qui suit notre projet nous demande un second prêteur. Pour nous, ça devient urgent. »

 

Une plate-forme de e-learning

Depuis 2013, la société qui a rejoint le réseau de la French Tech parie également sur le développement d’une plate-forme de e-learning pour la formation professionnelle continue dans le domaine du laboratoire et de la biologie. Des attestations de formation en cytométrie en flux à la maitrise d’excell pour des techniciens des hôpitaux, le spectre est large. Pour l’heure, Vincent Genty avoue être « aux balbutiements » de l’aventure : « Nous devons étoffer notre bibliothèque et faire comprendre plus largement l’intérêt de ces formations. »