L’usine du futur est-elle une usine virtuelle ?

L’usine du futur est-elle une usine virtuelle ?

14 Oct 2016

Une analyse prospective des technologies de virtualisation dans l’industrie proposée par Jean Claude Fraval dans le cadre de sa veille pour le pôle Images & Réseaux.

La réalité augmentée comme la réalité virtuelle ont vu leurs modèles économiques s’inverser pour impacter le monde professionnel comme le monde individuel. Chaque individu entend retrouver dans chaque situation ce qu’il trouve dans son expérience « client ». Cela est à mettre en perspective de la Nouvelle France Industrielle dont l’usine du futur est la matrice avec des projets structurants autour de la virtualisation de l’usine, des objets connectés et de la fabrication additive. Tout ceci faisant que réalités augmentée et virtuelle font leurs places dans le secteur professionnel.

L'utilisation des technologies numériques immersives est le facteur clé de succès de l'industrie comme des services de demain

L’utilisation des technologies numériques immersives est le facteur clé de succès de l’industrie comme des services de demain

Les chiffres le confirment : l’industrie du futur ainsi que le commerce du futur apportent ensemble l’une des plus grosses contributions au marché de la réalité augmentée (4,68G€ en 2020 soit 16% du marché total). Le taux de pénératration est cependant faible, avec une estimation à 6,5% en 2020, vs 1,6% aujourd’hui. Et il apparaît comme une évidence que la réalité augmentée dans l’usine ne pourra se faire sans IoT ni Data Analytics, des technologies génériques. La réalité augmentée s’affiche alors comme une technologie transversale, avec son propre marché en croissance et un effet de diffusion et d’externalité qui ne devrait cesser de croître : industrie, industries culturelles et créatives, commerce, ameublement, habitat, construction, aménagement paysager, tourisme, marketing, … les filières sont multiples. Cette croissance exponentielle supposée s’explique aussi du fait que ces technologies imprègnent l’ensemble de la chaîne de valeur : logistique entrante (stock), opérations (productiono, exécution de services), logistique sortante (flux, livraison,…), vente & marketing, maintenance, service client, …

L’intersection entre les sens (la biologie) et les technologies où viendront se juxtaposer les neurosciences, l’intelligence artificielle, les puces neuromorphiques, la reconnaissance d’images, la synthèse et la traductions du langages, … trouvera son écho dans l’industrie, dans les services et contribuera à estomper la frontière entre ces deux mondes. « Un nouveau commencement », cette vision dont Steve Jobs était précurseur, cette synergie entre industrie et services arrive.

Billets similaires :