Blacknut, joue le jeu du très haut débit et du cloud

Blacknut, joue le jeu du très haut débit et du cloud

12 Avr 2017

Créée à Rennes en janvier 2016 par Olivier Avaro (CEO) et Eric Bustarret (CTO), la startup BLACKNUT conçoit, développe et commercialise un service de distribution de jeux vidéo sur le cloud (« cloudgaming ») en B2C et B2B. Boostée par la récente pénétration du très haut débit et la montée en puissance du cloud, sa plateforme de jeux vidéo en streaming multi-écrans fonctionne sans console, sur TV, ordinateur, tablette et smartphone. Blacknut vient de bénéficier de 2,4 M€ de financement à l’issue de sa première levée de fonds souscrite auprès de GO CAPITAL, de Nestadio Capital et de Business Angels entrés via une campagne de crowdfunding sur GwenneG.

Déjà récompensée par plusieurs prix, le Prix Croissance de Start West (avril 2016) et le Concours d’Innovation Numérique de BPI France (juin 2016), Blacknut continue son ascension avec déjà 21 salariés. Incubée par l’IMT Atlantique, elle bénéficie du programme Emergys de Rennes Atalante et est soutenue par les pôles de compétitivité Cap Digital et Images & Réseaux.

Le « Netflix du jeu vidéo »

Blacknut vise le très grand public et va proposer des centaines de titres, accessibles par abonnement. Pour accompagner son lancement sur le marché français, le « Netflix du jeu vidéo » vient de lever 1,6 M€ auprès d’investisseurs et bénéficie au total de 2,4M€ de financement pour son lancement pré-commercial auprès de bêta-testeurs en juin 2017 et sa commercialisation en fin d’année. Blacknut envisage ensuite un déploiement rapide de son offre en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

A l’instar de Netflix pour les séries TV ou de Spotify pour la musique, Blacknut veut rendre l’univers du jeu vidéo accessible en streaming, à la demande, et sans console sur TV, tablette, ordinateur et smartphone. Une prouesse technique enfin rendue possible grâce à une couverture de plus en plus importante en très haut-débit, à la montée en puissance du cloud et à la technologie développée par Blacknut permettant de rendre disponibles tous les jeux vidéo sur l’ensemble des supports d’écrans.

Blacknut se veut bien plus qu’une boutique de contenu grâce à son approche éditorialisée et à son moteur de recommandation permettant la personnalisation du catalogue pour chaque usager, à chaque moment de jeu. « Blacknut veut offrir à ses utilisateurs un accès facilité à tous les jeux vidéo, pour en profiter sans limite et à un prix abordable » revendique son CEO, Olivier Avaro. Serial entrepreneur, l’ingénieur spécialiste du codage audio et vidéo, passé par Orange et Deutsche Telekom, a déjà créé plusieurs startups, dont Streamezzo qu’il a cédée à l’israélien Amdocs. Avec Eric Bustarret, CTO de Blacknut (Niji, NewLC, Mitsubishi Telecom) et l’équipe de R&D rennaise mise en place en un temps record, il a créé un outil de cloudgaming ultra performant, offrant une qualité d’expérience inédite : fluidité du jeu, temps de réponse très faible, accès sur tous les supports.

Une commercialisation fin 2017

Tous les voyants pour le marché du « cloudgaming » étant au vert, Blacknut est en phase de pré-lancement avec des beta-testeurs et vise une commercialisation vers le grand public à la fin de l’année. Elle se fera en direct via les TV connectées ou à travers l’offre jeu des opérateurs de réseaux pour un abonnement multi-écrans à moins de 20 € par mois.

« Nous ne visons pas les usages du jeu dit « hardcore », caractérisés par une pratique intense et focalisés sur un nombre de titres limité. En revenant aux racines du jeu, nous parlons à un public plus large, intéressé par une pratique ouverte et curieuse de ce média. Nous lui permettons d’accéder de manière simple et abordable à un vaste catalogue de titres de qualité, pour se divertir, découvrir, se challenger, se faire plaisir, s’élever … ou juste rêver » précise Olivier Avaro.

Déjà l’enthousiasme des spécialistes et des « gamers »

Le catalogue de Blacknut, actuellement d’environ 200 titres, est construit par Oscar Barda (Gaîté Lyrique, Conseiller au Ministère de la Culture, théoricien et spécialiste du jeu vidéo) et Nabil Laredj (G-Cluster, Electronic Arts, Gameloft). Ils apportent à Blacknut leur expertise dans le domaine du jeu et enrichissent quotidiennement le catalogue de titres nouveaux. Les rockstars des studios indépendants (Might & Delight, Toxic Games, The Sidekicks) comme les acteurs historiques (Codemasters, Milestone) ont déjà rejoint Blacknut avec enthousiasme et ont contribué à allonger la liste des titres disponibles sur la plateforme. Elle comprend maintenant aussi bien des jeux cultes (Another World, Les Cités d’Or), que des blockbusters (Toybox Turbo, Sherlock Holmes, Blaze Blue), des pépites poétiques (Shelter, The Bridge, Tengami) aussi bien que des aventures excitantes (Furi, Anarcute, Bombing Bastards).

En s’adressant au grand public et non pas exclusivement aux « gamers », les opportunités de développement sont prometteuses : plus de la moitié de la population joue et Blacknut vise environ 500 000 abonnés à 5 ans. Un chiffre ultra raisonnable au regard du potentiel de développement du « cloudgaming », dont le marché en Europe de l’Ouest est estimé à 440 M€ en 2017. Grâce à cette première levée de fonds d’1,6 M€ souscrite auprès de GO CAPITAL, Nestadio Capital et des business angels ayant participé à la campagne de financement participatif de la plateforme Gwenneg, Blacknut va bénéficier d’une capacité de financement totale de 2,4 M€  pour le lancement de son offre grand public fin 2017. Dès 2018, Blacknut envisage une deuxième levée de fonds pour se déployer rapidement en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

Voir le site www.blacknut.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

One comment

  1. Utomik me paraît être la plus grande menace pour Blacknut. Créée 17 mois plus tôt en septembre 2014, elle a déjà levé 3,5 millions de dollars. C’est une start-up originaire des Pays-Bas qui a émigré dans la silicon valley pour y installer son siège social. Elle a juste laissé à Eindhoven ses développeurs.

    Elle a déjà une version bêta ouverte avec plus de 500 jeux vidéos disponibles. Le modèle économique est basé sur une offre d’essai gratuite de 14 jours et ensuite un prix mensuel d’abonnement de 5,99 dollars pendant toute la durée de la période bêta.

    Blacknut saura-t-elle rattraper son retard sur Utomik comme la tortue dans la fable de La Fontaine Le Lièvre et la Tortue ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.