LAMPION : l’infrastructure optique mutualisée

LAMPION : l’infrastructure optique mutualisée

9 Fév 2018

L’image et la vidéo envahissent les nouveaux usages, le trafic de données explose. Pour faire face, opérateurs, industriels et laboratoires cherchent des solutions. Il faut faire mieux avec moins ! Le projet collaboratif LAMPION explorait des technologies optiques de pointe. L’objectif :  mutualiser les ressources pour optimiser les réseaux d’accès mobiles et réseaux métropolitains.

Proposer au consommateur les performances dernier cri, conserver la compatibilité avec les générations précédentes, contenir les coûts… Pour les opérateurs, c’est un casse-tête sans fin. Qui s’observe, par exemple, par la multiplication des émetteurs-récepteurs qui hérissent les antennes-relais de téléphonie mobile. 2G, 3G, 4G et demain 5G : les standards se succèdent. Avec, à chaque nouvelle génération, un bond en avant du trafic à transporter. Et toujours plus d’exigences en débit et performances.

Une source laser d’un nouveau genre

Le projet LAMPION se focalise sur un segment de réseau bien précis : le fronthaul mobile. C’est lui qui fait le lien entre les émetteurs-récepteurs des antennes et l’infrastructure réseau mobile dans le contexte des réseaux d’accès radio C-RAN (Cloud Radio Access Network). L’idée est de grouper les flux dans une fibre optique multiplexée en longueur d’onde (DWDM-PON, Dense Wavelength Division Multiplexing – Passive Optical Network). Et de développer pour cela, dit le résumé du projet : « une technologie de sources achromatiques basées sur le self-seeded RSOA ».

Laissons à Mathilde Gay, du laboratoire Foton, le soin de vulgariser : « L’intérêt, c’est de pouvoir émettre dans différentes longueurs d’onde, donc plusieurs couleurs, à partir d’une seule source. Il s’agit d’une source à cavité kilométrique dont la longueur d’onde s’établit automatiquement par la simple connexion à un canal du multiplexeur. » Il devient ainsi très simple de créer des liaisons point à point. Par exemple, en associant un canal optique à chaque émetteur-récepteur d’un fronthaul mobile. Le même principe peut être utilisé pour dédier un canal à un service pour un autre cas d’usage étudié par le projet, les transmissions longues distances des réseaux métropolitains.

Un prototype expérimenté à Lannion

Les avantages des technologies développées dans le cadre de LAMPION sont multiples : le réseau optique est flexible et facile à déployer ; la mise en œuvre opérationnelle des liaisons point à point est aisée car elle ne nécessite pas d’émetteurs à des longueurs d’ondes différentes ; le coût et la consommation énergétique de sources achromatiques sont moindres.

Démarré en octobre 2013, le projet s’est achevé en mars 2017. Il s’agissait de démontrer la faisabilité de la solution technologique LAMPION. Ce fut chose faite par la réalisation d’un démonstrateur et d’un essai de terrain réalisé à Lannion. L’un des partenaires, Ekinops, a développé un produit sur la base hardware du prototype mis au point dans le cadre du projet LAMPION. Ce module est aujourd’hui la solution commercialisée par l’ETI lannionaise pour équiper les fronthauls mobiles.

 

LAMPION en bref

Projet soutenu par l’Agence Nationale de la recherche (ANR INFRA 2013)

D’une durée de 3 ans, il réunissait 5 partenaires :

 

Billets similaires :