Face au cancer de la vessie, VitaDX investit 5 ans d’efforts

Face au cancer de la vessie, VitaDX investit 5 ans d’efforts

31 Mai 2018

VitaDX a été créée en 2015 ; son logiciel de détection précoce du cancer de la vessie sera commercialisé à partir de 2020… Cinq ans d’efforts pour transformer une technologie brevetée en solution industrialisée, testée et certifiée. Celle-ci s’appuie sur des algorithmes de traitement d’image et d’intelligence artificielle. Un investissement R&D et financier considérable, révélateur d’une ambition internationale.

Lorsque VitaDX s’est créée en avril 2015, la startup rennaise avait déjà une partie de la solution. L’utilisation de la fluorescence pour observer les cellules urothéliales présentes dans les urines améliore considérablement la précision du diagnostic. Si bien qu’il devenait envisageable de détecter précocement et de manière non invasive le cancer de la vessie. Sauf que cette technologie, propriété de la startup et protégée par brevet, était longue à mettre en œuvre et réservée à des spécialistes. Donc coûteuse. Pour qu’elle devienne accessible au plus grand nombre de patients, il fallait lui donner un caractère industriel.  Notamment, « en automatisant tout ce qui peut l’être » souligne Allan Rodriguez, directeur général de la société.

Traitement d’image et Machine Learning

Décision est prise de mettre au point une solution logicielle qui s’appuie sur les équipements existants. « Ceux dont on sait qu’ils donnent de bonnes images », précise le dirigeant. Les lames utilisées pour l’observation microscopique des cellules sont numérisées. Puis le fichier obtenu est analysé par des algorithmes de traitement d’image et de Machine Learning. Il suffira au praticien de lancer l’analyse pour obtenir en sortie « une recommandation », une assistance intelligente pour l’établissement du diagnostic.

L’intérêt, c’est de détecter la maladie au plus tôt. « Dans le cas d’un cancer précoce, la forme de la cellule est très peu modifiée. Avec les méthodes classiques, le cancer ne se voit pas. Tandis que l’observation en fluorescence révèle une signature caractéristique des cellules malades que nos algorithmes savent détecter. » Avec près de 430 000 nouveaux cas chaque année dans le monde, le cancer de la vessie est parmi les répandus. Il est le 6ème cancer le plus fréquent en France. Dépisté à temps (au 1er grade), le taux de survie à 5 ans est supérieur à 95%.

Avec le soutien des investisseurs

Pour développer la solution, VitaDX a constitué une équipe R&D pluridisciplinaire. Biologie cellulaire, physique et imagerie, essais cliniques, développements logiciels, réglementation, marketing… Sur 12 personnes aujourd’hui, « il n’y en a quasiment pas deux qui ont le même profil ». Pour assurer les développements, il a fallu lever des fonds. D’abord un premier tour de table de 1,2 M€ mi 2015 essentiellement auprès d’investisseurs bretons. Puis un deuxième à l’été 2017, qui associe deux fonds d’investissements, cette fois à hauteur de 1,6 M€.

Allan Rodriguez VitaDX

Allan Rodriguez, directeur général de VitaDX

Allan Rodriguez se félicite du soutien rencontré. « C’est un projet long et relativement consommateur de capital. Il nécessite de la part des investisseurs une bonne compréhension du projet et un soutien dans la durée. Nous avons un plan de développement, de commercialisation et de différenciation qui est clair. Il passe par une nouvelle levée de fonds d’environ trois millions d’euros au premier semestre 2019. »

En vue d’un marché mondial

L’objectif est de développer un dispositif médical, taillé d’emblée pour l’international. « Nous avons dimensionné les essais cliniques afin que le niveau de preuve clinique soit suffisant non seulement pour l’Europe, mais aussi pour les États-Unis. Les essais cliniques coûtent une fortune, c’est une manière d’optimiser nos investissements. »

Par rapport à d’autres solutions, onéreuses et difficiles à mettre en oeuvre, VitaDX a fait le choix de prendre le temps d’une R&D ambitieuse pour se différencier. « Notre démarche est coûteuse. Mais une fois la solution prête, nous disposerons d’une solution performante et très compétitive à proposer à nos clients. Nous occuperons une position très favorable sur le marché. »

 

Plus

vitadx.com

Allan Rodriguez interviendra lors de la Technoférence #25 (7 juin 2018, Rennes) : L’IA, réellement intelligente ou seulement artificielle ? Programme et inscription.

VitaDX est membre du pôle Images & Réseaux

Billets similaires :

One comment

  1. association les zuros /

    serez vous en mesure de déterminer le stade et grade de ce type de cancer ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. L'IA réellement intelligente ou seulement artificielle ? - Le Mag numérique | Le Mag numérique - […] de cellules en fluorescence permet de réaliser un diagnostic précoce du cancer de la vessie (voir « Face au cancer…
  2. L'IA réellement intelligente ou seulement artificielle ? - Pole Images et réseaux - […] de cellules en fluorescence permet de réaliser un diagnostic précoce du cancer de la vessie (voir « Face au cancer…